Actualités > Les histoires méconnues : COVID-19 et les agents d’artistes

Les histoires méconnues : COVID-19 et les agents d’artistes

Silhouette d'un visage féminin
Mention de source : Engin Akyurt

« Je ne veux pas cacher la vérité ; mon entreprise est très éprouvée en ce moment ».

C’est ce que Tara Bailey, une agente dédiée aux programmes pour la jeunesse et la famille et propriétaire de la Bailiwick Booking Agency, a déclaré en réponse à ma question concernant la situation actuelle de son agence pendant la pandémie.

Les agences d’artistes ont été parmi les sous-secteurs les plus touchés de l’écosystème des arts du spectacle dès le début de la pandémie COVID-19. Les annulations de concerts, de spectacles et de contrats d’artistes, combinées aux restrictions de voyage, ont rendu impossible une situation déjà difficile pour les professionnels du secteur commercial des arts. 

« J’aime mon travail, et je ne suis pas prête à l’abandonner ».

« Cela a été neuf mois difficiles », et pourtant, Mme Bailey n’est pas prête à abandonner. Même si elle est une agente expérimentée qui travaille dans l’industrie depuis plus de dix ans, sa jeune agence est dans une situation difficile parce qu’elle se trouve entre les mailles du filet pour obtenir un financement opérationnel du Conseil des Arts du Canada. 

« Je crois en cette compagnie, et je crois aux arts. J’y ai beaucoup investi et j’ai fait beaucoup de sacrifices. Actuellement, j’essaie simplement de penser positivement, ce qui est un combat quotidien ».

Mme Bailey s’arrête de parler lorsqu’elle est interrompue par un grand bruit de son téléphone : une alerte d’urgence envoyée par le gouvernement de l’Ontario a annoncé qu’une ordonnance de rester à la maison est en vigueur. 

Financement opérationnel pour les jeunes organismes

« Certaines agences ont dû fermer ; beaucoup de professionnels des arts ont changé de carrière pour le simple fait d’avoir lutté pendant si longtemps », a déclaré Mme Bailey. Pour elle, le gouvernement doit développer un programme de financement pour aider les entreprises comme la sienne, qui se trouvent entre l’arbre et l’écorce de la bureaucratie. Elles sont fondées par des personnes qui ont des connaissances institutionnelles et qui sont dans le secteur depuis si longtemps, mais leurs entreprises sont trop jeunes pour recevoir de l’aide. Si les programmes de financement étaient pertinents à l’époque pré-Covid, Mme Bailey pense qu’ils doivent être adaptés à la réalité d’aujourd’hui. C’est pourquoi elle agit pour souligner ce qui se passe.

 « Nous [les agents] nous sommes efforcés d’unir nos voix lorsque nous parlons aux organismes de financement, au Patrimoine canadien ou au Conseil des Arts du Canada, etc. Nous voulons donc créer notre propre organisation ici au Canada afin de pouvoir faire entendre la voix de toutes les différentes disciplines de représentation ».

Hier et aujourd’hui

Une grande salle remplie de personnes qui écoutent une conférence
Une session de développement professionnel lors de la conférence de The Association of Performing Arts Professionals l’année dernière à New York. Mention de source : Adam Kissick.

En temps normal, Tara Bailey serait à New York en ce moment même pour assister à la conférence de l’Association of Performing Arts Professionals, qui est le premier rassemblement mondial de l’industrie de la présentation, de la réservation et de la tournée des arts du spectacle. Elle aurait également au moins 50% de sa saison réservée. Cette année, cependant, elle passe la plupart de son temps au téléphone. 

« Je prévois de passer le plus de temps possible au téléphone au cours des prochains mois pour reporter toutes les dates qui sont tombées au début de 2020 à l’automne 2021, au printemps 2022. Mes journées sont plutôt bien remplies en ce moment. Et c’est ainsi que j’anticipe mes prochains mois en planifiant la saison 2021-22. Maintenant que le vaccin est en cours de déploiement, nous devons nous retrousser les manches, nous remettre au travail et rester positifs ».

Au-delà de la pandémie

« J’aimerais penser que nous serons tous un peu plus reconnaissants et patients les uns envers les autres », a déclaré Mme Bailey en réponse aux changements qui, selon elle, se produiront dans le secteur des arts du spectacle après la pandémie. Quant à son agence, elle estime que la pandémie a apporté une intimité sans précédent entre elle et les artistes qu’elle représente. C’est quelque chose qu’elle aimerait garder au-delà de l’ère COVID. « Étant une petite agence, je veux donner à mes artistes le meilleur service possible en me concentrant sur chacun d’entre eux et en essayant de leur fournir les outils dont ils ont besoin pour naviguer dans leur carrière ».

Quelle est votre histoire COVID-19 et comment a-t-elle influencé votre organisme et vous-même ? N’hésitez pas à la partager avec Boran Zaza, directrice des communications de CAPACOA. Nous serions reconnaissants d’avoir de vos nouvelles !

Partagez cet article

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>