Actualités > L’emploi dans les industries des arts et de la culture, juillet 2020

L’emploi dans les industries des arts et de la culture, juillet 2020

Chronique d'une pandémie dans les arts de la scène

Still from a video showing the face of a woman in front of a white wall. The caption reads "I feel very alone".
Photo de film tirée du projet « Out Loud : discours intérieur » de STO Union, une série de monologues réalisée pendant la période de quarantaine. Directrice artistique : Nadia Ross. Photo partagée par : Renée Richard.

Presque toutes les industries des arts, de la culture et du patrimoine ont montré des signes de reprises en juillet 2020. L’emploi dans les industries du spectacle demeure 23 % inférieur à ce qu’il était avant la COVID, mais les heures travaillées ont continué d’y progresser. 

Afin de fournir un portrait détaillé des pertes d’emploi dans le vaste secteur des arts, de la culture et du patrimoine pendant la crise de la COVID-19, CAPACOA a commandé des données personnalisées auprès de Statistique Canada. Ces données proviennent de l’Enquête sur la population active, une enquête mensuelle menée auprès d’environ 56 000 ménages. Cette enquête recueille des informations tant sur les travailleurs salariés – à temps plein, temps partiel ou occasionnels – que sur les travailleurs autonomes.

Principaux constats pour le mois de juillet 2020

  • Le nombre d’emplois a augmenté dans presque toutes les industries des arts, de la culture et du patrimoine au cours du mois de juillet. Cet accroissement s’explique en partie par des fluctuations saisonnières. Cependant, on remarque un réel rebond dans plusieurs industries.
  • Le secteur de l’information et des industries culturelles [51] a repris tous les emplois perdus depuis le début de la crise. Celui-ci a en fait 6.0 % plus d’emplois qu’avant la COVID. Le sous-secteur de l’édition est le seul à ne pas avoir recouvré tous ses emplois (-13,7 %). Par ailleurs, le secteur affiche désormais un nombre d’heures travaillées équivalent à celui d’avant la COVID.
  • L’emploi dans le secteur des arts, du spectacle et des loisirs [71] a augmenté de 18,7 % en juillet comparativement à juin. L’emploi y demeure néanmoins 27,6 % sous les niveaux d’avant la COVID.
  • Les heures totales travaillées ont aussi augmenté et ce dans chacun des sous-secteurs des arts, du spectacle et des loisirs. Le nombre d’heures travaillées dans le secteur des arts, du spectacle et des loisirs en juillet 2020 était cependant 40,7 % plus bas que l’an dernier à la même période. C’est de loin inférieur à la moyenne de toutes les industries (9,9 %) et c’est aussi le plus bas niveau de toutes les industries, incluant l’hébergement et la restauration (-23,1 %).
  • L’industrie du divertissement, des loisirs, des jeux de hasard et de loteries [713] a connu la plus forte augmentation mensuelle de l’emploi (27,9 %). L’emploi y est désormais 30,7 % sous les niveaux d’avant la COVID, ce qui est une amélioration considérable par rapport au mois dernier.
  • Les établissement du patrimoine [712] ont montré des signes de reprises encourageants en juillet. L’emploi dans ce sous-secteur a augmenté de 19,8 % et le nombre d’heures travaillées, de 21,6 %.
  • Le sous-secteur des arts d’interprétation, sports-spectacles et activités connexes [711] a affiché la plus faible augmentation du nombre d’emplois (3,6 %, ce qui n’est pas significatif sur le plan statistique). L’emploi pour dans le sous-secteur demeure 23.1 % sous les niveaux d’avant la COVID.
  • Le nombre d’heures travaillées dans les arts d’interprétation, sports-spectacles et activités connexes [711] a continué progressé en juillet 2020 mais à un taux moindre que dans les autres sous-secteurs. Ce sous-secteur affiche la plus importante perte d’heures travaillées par rapport aux niveaux d’avant la COVID (44,2 %).

Tableau 1 – Estimations de l’emploi (x 1 000), selon certaines industries, Canada, données non désaisonnalisées

Industrie (avec classification SCIAN)Emploi, juillet 2020 (x 1 000)c. mois précédent (variation x 1 000)c. mois précédent (variation en %)Juillet 2020 c. juillet 2019 (variation x 1 000)Juillet 2020 c. juillet 2019 (variation en %)
Total, toutes les industries18 069,6291,81,6 %-1214,2-6,3 %
51, 71 Information, culture et loisirs 1755,577,311,4 %-130,7-14,7 %
51 Information et industries culturelles359,314,84,3 %20,26,0 %
71 Arts, spectacles et loisirs396,262,518,7 %-150,9-27,6 %
   711 Arts d’interprétation, sports-spectacles et activités connexes118,54,13,6 %-35,5-23,1 %
      7111 Compagnies d’arts d’interprétation 223,44,121,2 %-11,8-33,5 %
      7112 Sports-spectacles 27,2-1,9-20,9 %-18-71,4 %
      7113 Promoteurs (diffuseurs) d’événements artistiques et sportifs et d’événements similaires 3xxxxx
      7114 Agents et représentants d’artistes, d’athlètes et d’autres personnalités publiques 3xxxxx
      7115 Artistes, auteurs et interprètes indépendants77,22,93,9 %2,12,8 %
   712 Établissements du patrimoine40,66,719,8 %-10,3-20,2 %
   713 Divertissement, loisirs, jeux de hasard et loteries237,251,727,9 %-105,1-30,7 %
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, juillet 2020. Calculs et note sur la fiabilité de CAPACOA. Cela ne constitue pas une approbation de ce produit par Statistique Canada.

Notes

  1. Cette séries de données regroupe deux classifications d’industries distinctes. Statistique Canada effectue cette agrégation afin d’assurer une fiabilité des données même à une petite échelle géographique. Cette série agrégée est incluse dans le tableau afin de faciliter la comparaison avec les tableaux de données publiés par Statistique Canada.
  2. L’échantillon pour cette série est petit, mais les données ont un niveau de fiabilité acceptable.
  3. L’échantillon pour cette série est très petit. Les données ne sont pas fiables et ne peuvent être publiées.

Tableau 2 – Total des heures effectivement travaillées (x 1 000), selon certaines industries, Canada, données non désaisonnalisées

Industrie (avec classification SCIAN)Heures travaillées, juillet 2020 (x 1 000)c. mois précédent (variation en %)Juillet 2020 c. juillet 2019 (variation en %)
Total, toutes les industries544 299,8-3,0 %-9,9 %
51, 71 Information, culture et loisirs 120 954,711,9 %-24,0 %
51 Information et industries culturelles11 296,20,3 %0,2 %
71 Arts, spectacles et loisirs9 658,529,5 %-40,7 %
   711 Arts d’interprétation, sports-spectacles et activités connexes2 337,412,4 %-44,2 %
      7111 Compagnies d’arts d’interprétation 2371,924,5 %-63,2 %
      7112 Sports-spectacles 2230,1-22,3 %-67,5 %
      7113 Promoteurs (diffuseurs) d’événements artistiques et sportifs et d’événements similaires 3xxx
      7114 Agents et représentants d’artistes, d’athlètes et d’autres personnalités publiques 3xxx
      7115 Artistes, auteurs et interprètes indépendants1 499,421,5 %-19,2 %
   712 Établissements du patrimoine1 372,321,6 %-15,5 %
   713 Divertissement, loisirs, jeux de hasard et loteries5 948,839,9 %-43,2 %
Source : Statistique Canada, Enquête sur la population active, juillet 2020. Calculs et note sur la fiabilité de CAPACOA. Cela ne constitue pas une approbation de ce produit par Statistique Canada.

Notes

  1. Cette séries de données regroupe deux classifications d’industries distinctes. Statistique Canada effectue cette agrégation afin d’assurer une fiabilité des données même à une petite échelle géographique. Cette série agrégée est incluse dans le tableau afin de faciliter la comparaison avec les tableaux de données publiés par Statistique Canada.
  2. L’échantillon pour cette série est petit, mais les données ont un niveau de fiabilité acceptable.
  3. L’échantillon pour cette série est très petit. Les données ne sont pas fiables et ne peuvent être publiées.

Compléments d’information

  • Par « emploi » on entend les personnes salariées (temps plein, partiel ou occasionnel) et les travailleurs autonomes qui ont travaillé pendant la période de référence, peu importe le nombre d’heures. Cela explique que certain sous-secteurs comportant une large proportion de travailleurs autonomes, notamment les artistes indépendants, n’affichent pas une baisse d’emploi significatives : tout pigiste, du moment qu’il travaille quelques heures, est considéré à l’emploi.
  • Le « total des heures effectivement travaillées » est un bon indicateur des effets de la COVID sur les travailleurs car il rend compte à la fois du nombre de travailleurs et du nombre d’heure qu’ils ont travaillé. C’est donc un indicateur particulièrement pertinent dans les sous-secteurs qui comportent beaucoup de travailleur pigistes ou occasionnels.
  • Ces statistiques n’ont pas été ajustées pour tenir compte des variations saisonnières (alors que Statistique Canada tend à privilégier les données désaisonnalisées dans ses tableaux). Plusieurs secteurs des arts et de la culture sont sujet à des variations saisonnières importantes. Afin d’avoir obtenir une estimation juste de la fluctuation de l’emploi comparativement aux niveaux d’avant la COVID, il est nécessaire de se référer à la même période en 2019 plutôt qu’en février 2020.

Les données de l’Enquête sur la population active dans Le Quotidien

L’emploi dans les industries des arts et de la culture, juin 2020

Préparé par : Frédéric Julien, directeur, recherche et développement

Partagez cet article

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>